Sunday, 13 February 2011

Johnny Mad Dog réaliser par Jean-Stéphane Sauvair

{English: separate posting}
Basé sur le roman d’Emmanuel Dongala du même nom, ce film troublant de la guerre se concentre sur l'horreur des enfants soldats. Bien qu'apparemment au Libéria pendant la guerre civile, la question des enfants soldats est universelle; Elle peut être n'importe où ou à n'importe quel moment.
 Plus malgré un consensus(?) global et des efforts acharnés pour arrêter l'utilisation d'enfants à se battre pour la lutte contre les factions dans de nombreuses régions du monde, des milliers  toujours se faire voler -- non seulement de leur enfance  --  mais aussi de leur humanité  --  quand on leur demande soit forcé ou dupé de commettre des atrocités impensables sur d'autres, y compris de leur propre famille.   
 L'effet sur ces enfants peut cicatrice pour la vie. La plupart d'entre nous ont vu des films traitant de la question (s) de l'effet de la guerre sur les adultes (par exemple "Frères" par Susanne Bier ou le remake récent par Jim Sheridan). (Voir la liste ci-dessous pour les autres films sur le sujet des enfants soldats). Sur les enfants c'est infiniment plus sévère, surtout dans les domaines concernant les enjeux psychosociaux. Même si secourus et avec succès réintégrées dans la société, les cicatrices sont profonde et peuvent se manifester pour le reste de leur vie, souvent hantés par le passé. Aussi, en raison de la nature compétitive de l'humanité et le manque d'ou la faiblesse inhérente dans les infrastructures actuellement disponibles aujourd'hui, « l'assistance » fourni peut faire plus de mal que de bien souvent trop peu ou trop tard.
Pourquoi des enfants? Leur approche d`innocence, naïveté et idéalisme  de la vie prête très facilement à leur être ciblées et manipulé par sans des dirigeants sans scrupules  -- qui soit  politiques, militaires, corporatifs et religieuses (soldats pour Christ,  ou groupes similaires sont souvent composées de jeunesse). Lorsqu'il s'agit de la guerre, qu'il est souvent glorifié par l'expression « c'est pour le bien du peuple et vous serez un héros pour eux ». Souvent, ils sont promis des richesses au-delà de comparer si ils sacrifient tout pour l'instant, mais un grand nombre sont tués brutalement lorsque le leader n'a plus besoin d`eux ou quand ils montrent des traces persistantes de leur enfance ou de l'humanité.  C`est considérée comme un acte de trahison.
Ce film (présenté à 2009 Vues D'Àfriques) saisit le spectateur où ca fait mal le plus et ne lâche pas jusqu'à la fins des génériques. Tous les aspects de ce film, du rivetage dialogue à des scènes hypnotisant et chargée d'émotion  et la musique révélateur (y compris l``interprétation de « Strange Fruit » de Nina Simone pendant le générique final), facteur dans ce qui en fait un film extrêmement inquiétante et difficiles à siéger jusqu'à la fin. C'est pourtant un film très important, doit être vue pour tous ceux qui souhaitent de voir un monde libérer de telles horreurs quand  l`innocence est volé de notre ressource la plus précieuse -- nos enfants.  Le casting est composé principalement des acteurs inconnus qui étaient d'anciens enfants soldats, ajoutant ainsi un sens extrême d'authenticité qui n'est ni exploitation ni sensationnelle mais qui est véritable.

Pour plus d'informations sur le sujet des enfants soldats, aller à:
Pour le rapport détaillé allez à: http://www.childsoldiersglobalreport.org/





Parmi  les nombreuses  films documentaires ou fictions, qui explorent la question des enfants soldats, nous avons:
 1) ``Ezra`` (2006) par Newton Aduala  qui a été présenté lors de l'édition 2008 de Vues D'Afriques, ce centre sur le conflit en Sierra Leone. Un enfant-soldat tue ces parents sous l’influence de drogues. Trois versions de cet incident tragique est racontées.
2) '' Kassim the Dream '' par Kief Davison -- documentaire de 2008 qui raconte l'histoire du Champion du monde, boxeur Kassim Ouma, né en Ouganda et ancien enfant soldat. Présenté au cours du  Festival de Films sur les Droits de la Personne de Montréal 2009.
3)'' La Colombe de Papier" par Fabrizio Aguilar présentée au cours de la MWFF 2004 – sur un enfant-soldat nommé Juan.
4)" Grace, Milly, Lucy... Enfants Soldats`` par Raymonde Provencher (voir chronique sur ce blog). Présenté au cours du RIDM 2010.