Saturday, 4 June 2011

Even the Rain / Même la pluie / Tambien la lluvia) by / par /por Iciar Bollain

An ambitious human drama that draws thought provoking parallels and blurs the lines between the present and the past and between reality and fiction. Sebastian (Gael García Bernal) is a film maker whose latest project is a historical accounting of Christopher Columbus’s first voyage to the New World. The main focuses of the film are on the experiences of Bartolomé de las Casas (a Spanish historian), Antonio de Montesinos (a Dominican friar) and Taino chief Hatuey who led the resistance against the Spanish conquest and subsequently crucified.
Sebastian, his producer Costa (Luis Toscar) along with the rest of the film crew arrives in Cochabamba Bolivia around the time of the water demonstrations against its privatization and fees for consumption.
Costa chose Bolivia because extras could be hired at only two dollars per day and they are willing to work long hours.
The film opens with Sebastian and Costa holding auditions for the extras. Costa tells Sebastian that they have reached their quota and to send the rest back home. Amongst those waiting in line, along with his daughter is Daniel (Juan Carlos Aduviri). Daniel protests, saying that they have come from afar and that there would be work for all who qualify. He refuses to leave until he is auditioned. Sebastian is so impressed with Daniel that he hires him to play the part of Hatuey.  As it turns out, Daniel is the leader amongst the demonstrators in Cochabamba. Sebastian, though he has the best of intentions in exposing the injustices of the past, has little patience for the present dilemma. It is severely tested when it affects his shooting schedule.
Well acted and tightly woven script with a lush cinematography that strongly shows the director’s intent, as stated before.

 Un drame humain ambitieux qui attire à réflexion les pensés parallèle et flous les lignes entre le présent et le passé et entre la réalité et la fiction. Sébastian (Gael García Bernal) est un cinéaste dont son plus récent projet est un compte-rendu historique du premier voyage de Christophe Colomb vers le Nouveau Monde. Les axes principaux du film est sur les expériences de Bartolomé de las Casas (un historien Espagnol), Antonio de Montesinos (un frère Dominicain) et Hatuey le chef Taino qui a organisé la résistance contre la conquête Espagnole et par la suite a été crucifié.
Sébastian, son producteur Costa (Luis Toscar) avec le reste de l'équipe du film arrive à Cochabamba en Bolivie au moment des manifestations de l'eau contre sa privatisation et les taxes à la consommation. Costa a choisi la Bolivie car les figurants pourraient être embauchés à seulement deux dollars par jour et ils sont prêts à travailler pendant de longues heures.
Le film s'ouvre avec Sébastian et Costa qui tenait les auditions pour les figurants. Costa raconte à Sébastian qu'ils ont atteint leur quota et d'envoyer le reste à la maison. Parmi ceux qui attend en ligne et accompagnée par sa fille, est Daniel (Juan Carlos Aduviri). Daniel proteste en disant qu'ils sont venus de loin et qu'il avait une place pour tous ceux qui qualifie. Il refuse de quitter jusqu'à ce qu'il soit auditionné. Sébastian est tellement impressionné par Daniel qu'il engage pour jouer le rôle de Hatuey.  Comme il se révèle, Daniel est le leader parmi les manifestants à Cochabamba. Sébastian, même s'il a les meilleures intentions en exposant les injustices du passé, il a très peu de patience pour le dilemme actuel. Il est à rude épreuve lorsqu'il touche son horaire de tir.
Les performances bien exécutées et un scenario bien écrit avec une cinématographie luxuriante qui montre fortement l’intention par le réalisateur, comme préciser avant.