Tuesday, 14 June 2011

Good Neighbours / Chers Voisins by / par Jacob Tierney

This twisted dark comedy thriller is the latest from the director and is set in the winter of 1995 with the October referendum as the starting point. Victor (Jay Baruchel) has just moved back into Montreal (specifically NDG) from China. He is an elementary school teacher. He takes the apartment on the 4th floor and it is quite obvious that he desperately craves human contact. The central focuses of this become Louise (Emily Hampshire), who is just below him and Spencer (Scott Speedman), just below Louise.
Louise works as a waitress in a Chinese restaurant; owns two cats (Mozart and Tia Maria) and apart from giving the newspaper to Spencer, she tends to keep to herself. Months earlier, Spencer had a tragic accident whereby his wife died and he became wheelchair bound. His apartment contained a large number of aquariums.
Valérie Langlois (Anne-Marie Cadieux), their acerbic neighbour drinks constantly, yells out her window and despises Louise’s cats. Building manager, Madam Gauthier (Micheline Lanctôt) loves to gossip with Miss Van Ilen (Diane D’Aquila), Spencer’s physiotherapist.
Meanwhile a serial killer has been stalking the neighbourhood. Louise has a bizarre fascination with this. When her colleague at work becomes the latest victim, Louise begins to think of vengeance.
Detectives Brandt (Gary Farmer) and Bilodeau (Pat Kiely) are assigned to investigate the case which greatly heats up when Valérie Langlois is found dead in her apartment. Is this a case of ‘whodunit’ or ‘whosgonnannagetit’?
Filled with many twists and turns, this locally bred film (many familiar sites) is set to rival Hitchcock and Polanski. Excellent chemistry from the three leads and fully complimented by those of the supporting roles. With this, his third feature (Twist, The Trotsky); Jacob Tierney earns himself a place among Quebec film makers.

Cette comédie noire à suspense tordu est le dernier du réalisateur et se déroule en l'hiver 1995 avec le référendum d'Octobre comme le point de départ. Victor (Jay Baruchel) vient de déménager de la chine et il est de retour à Montréal (spécifiquement NDG). Il est un professeur de l'école primaire. Il prend l'appartement au 4ème étage, et il est bien évident qu'il cherche désespérément le contact humain. Le centre de ceci est axes sur Louise (Emily Hampshire), qui est juste en dessous de lui et Spencer (Scott Speedman), juste en dessous de Louise.
Louise travaille comme serveuse dans un restaurant Chinois. Elle possède deux chats (Mozart et Tia Maria) et appart de donner le journal à Spencer, qu’elle a tendance à s’en tenir à elle-même. Quelque mois plus tôt, Spencer a eu un accident tragique selon laquelle son épouse est décédée et il est maintenant en fauteuil roulant. Son appartement contenait un grand nombre d'aquariums. 
Valérie Langlois (Anne-Marie Cadieux), leur voisine acerbe qui consomme constamment; elle crie par sa fenêtre et méprise les chats de Louise. Gestionnaire de l'immeuble, Madame Gauthier (Micheline Lanctôt) aime à bavarder avec Miss Van Ilen (Diane D'Aquila), le physiothérapeute de Spencer.
Pendent ce temps un tueur en série avait commencé à traquer le quartier. Louise a une étrange fascination avec. Lorsque son collègue de travail devient la dernière victime, Louise commence à penser de vengeance.
Les détectives Brandt (Gary Farmer) et Bilodeau (Pat Kiely) sont engagé  pour faire l’enquête sur cette affaire qui réchauffe énormément lorsque Valérie Langlois est retrouvé mort dans son appartement. Est-ce un cas de «whodunit » ou «whosgonnannagetit»?
Remplis de nombreuses tours et détours, ce film d`origine locale (de nombreux sites familiers) est fixé pour rivaliser avec Hitchcock et Polanski. Excellente chimie entre les trois principaux et entièrement complétée par ceux dans les rôles de soutiens.  Avec ceci, son troisième long métrage (Twist, The Trotsky); Jacob Tierney se gagne une place parmi les meilleurs cinéastes Québécois.