Saturday, 11 June 2011

Le Nom des Gens / The Names of Love par / by Michel Leclerc

Ce deuxième long métrage de Michel Leclerc est une comédie sociale sur deux personnes qui forment une relation improbable. Bahia Benhahmoud (Sarah Forestier) est une jeune femme extravertie dans ses vingtaine, qui a développé une approche unique à la «conversion» l'opinion politique de ceux qui sont à droite. Elle dort avec eux. Elle est le produit d'un père Algérien et d'une mère radical «école 68.»
Arthur Martin (Jacques Gamblin) est de l'âge moyen et un scientifique de l'environnement. Son nom à elle est unique, mais celle de lui a près de 15 million d’entrées dans l’annuaire de téléphone. Il est toujours confondu avec un fabricant d'appareils électriques. Ses parents ont caché de lui l'origine Juive de sa mère, et que ses grand parents ont été tués durant l'Holocauste.
Le genre de l'humour utilisé pour transmettre le message apparaît comme en étant irrévérencieux, si on considère la nature des questions abordées : l'Holocauste, l'environnement, la droite par rapport aux politiques de gauche, etc.  Ce petit film charmant, infaillible et apprécier du public est un peu oubliable.

 The second feature film from Michel Leclerc is a social comedy about two people who form an unlikely relationship. Bahia Benhahmoud (Sarah Forestier) is a young extraverted woman in her 20s, who has developed a unique approach to ‘converting’ the political views of those who are right-wing. She sleeps with them. She is the product of an Algerian immigrant father and a radical ‘school of 68’ mother.
Arthur Martin (Jacques Gamblin) is a middle-aged environmental scientist. Her name is unique but his has nearly 15 thousand entries in the phonebook. He is always confused with a manufacturer of electrical appliances. His parents have kept hidden from him the Jewish origin of his mother and that her parents were killed during the holocaust.
The kind of humour used to deliver the message comes across as being irreverent if we consider the nature of the issues addressed: the Holocaust, the environment, right-wing versus left-wing politics etc.  This delightful and sure-fire crowd-pleaser is somewhat forgettable.