Friday, 17 June 2011

Midnight in Paris / Minuit à Paris by / par Woody Allen

47th feature film by 76-year-old Woody Allen is his fantasy love letter to Paris and questions when were her golden years? An enjoyable and entertaining film though it contained many flaws, evidently shows that director has not entirely lost his touch. Containing the right balance of his neurosis, we are essentially given a Parisian travelogue along a history of artistic and cultural expression in this, “the City of Lights.”
Gil (Owen Wilson) Pender and Ines (Rachel McAdams) are engaged to be married. They are in Paris with her parents John (Kurt Fuller) and Wendy (Mimi Kennedy). John is there on a business trip. Gil loves Paris, especially when it rains and is nostalgic for the 1920s. He is currently a pulp fiction screenwriter and he is struggling to complete his first novel. He is dissatisfied with his success as a Hollywood screenwriter.
While they are dining with Ines’s parents, they encounter a couple with whom they were acquainted.Ines agrees to go out drinking with them but Gil prefers to go back to the hotel.  On his way back to his hotel, a group of strangers invite him to accompany them. He does so and ends up in a local bar. He is taken aback by those who are frequenting the place. All are literary icons and artists from his ‘golden era’ the 1920s. They end up helping him with his novel and his life.
Yet some of the characters Gil meets feel that ‘La Belle Époque (1890s)’ is the ‘Golden Era’ thus strongly suggesting the feeling that the past was better than the present is a constant of humanity. It is based on a romantic conceptualisation of that particular ‘Golden Era’.

47e long métrage Woody Allen, de 76 ans, est son lettre d'amour fantaisie pour Paris et questionne quand étaient ses années d'or ? Un film agréable et divertissant bien qu'elle contienne de nombreux de défauts montre à l’évidence que le réalisateur n'a pas entièrement perdu sa touche. Contenant le bon équilibre de sa névrose,  nous sommes essentiellement données un récit de voyage Parisienne le long d'une histoire d'expression artistique et culturelle dans ceci, «la ville des lumières».
Gil (Owen Wilson) Pender et Ines (Rachel McAdams) sont fiancés. Ils sont à Paris avec les parents, John (Kurt Fuller) et Wendy (Mimi Kennedy) d’Ines. John est là sur un voyage d'affaires. Gil aime Paris, surtout quand il pleut et est nostalgique pour les années 1920. Il est actuellement un scénariste de fiction de pulpe, et il a du mal à terminer son premier roman. Il n'est pas satisfait avec son succès comme scénariste Hollywoodien.
Alors qu'ils sont dans une salle à manger avec les parents d’Ines, ils rencontrent un couple avec lesquels ils connaissaient déjà. Ines accepte d'aller boire avec eux mais Gil préfère de retourne à l’hôtel.  Sur son chemin de retour à son hôtel, un groupe d'étrangers l'invite à les accompagner. Il le fait et il se retrouve dans un bar du coin. Il est décontenancé par ceux qui fréquentent les lieux. Tous sont des icônes littéraires et artistes de son «L’Époque Dorée» les années 1920. Ils finissent par lui aider avec son roman et de sa vie.
Pourtant certains caractères que Gil rencontre estiment que «La Belle Époque (années 1890)» est le «L’Époque Dorée» qui suggère  fortement que le sentiment que le passé était meilleur que le présent est une constante de l'humanité. Il est basé sur une conceptualisation romantique de ce «Époque Dorée» particulier.