Thursday, 22 September 2011

12th/e Festival L’Off Jazz de Montreal 2011 October / Octobre 7 – 15

(Last updated /Dernière mis-a-jour: Oct. 17th 2011)
Preamble:   
 Last year, L’Off Jazz Festival turned 11 years old and as with most pre-adolescents, it sought to affirm its own identity and independence. For ten years the festival was under the shadow of the Montreal Jazz Festival. Last year it moved into the colourful autumn season (Oct. 15th – 23rd) and boldly faced new challenges with a spirit of liberty and creativity.
This year for its 12th edition the festival will host 27 concerts in nine venues from October 7th till 15th. Lion D’or, Salla Rosa, Upstairs and Chapel Bon-Pasteur will again present concerts at 8 and 9:30pm on most nights (see program guide for details).
The popular 5-à-7 series returns once more to the Dièse Onze with a smorgasbord of jazz that runs the gamut from world-inspired to modern. To close the festival (15th) at the Cabaret du Mile-End, L’Off offers us for the second year a tailor-made group of 11 musicians, each contributing a new creation. At the same venue there will be a closing party with the Jazz Amnesty Sound system featuring DJs Andy Williams and Sweet Daddy Luv.  
On the weekend of October 8th and 9th, at the Maison de la Culture Mont-Royal, L’Off Jazz will be presenting at 2pm “The Fables of the Coat-hook (Les Fables de la Patère)” a music-theatre performance for children aged 5 to 9; created by Pierre Labbé et Paul Livernois.
The highlight of this year’s festival is most certain to be an evening of improvisation by Toronto collective, Element Choir Project, led by Christine Duncan: a choir of 55 voices backed by 5 musicians. The performance is at Église St-Viateur d’Outremont on Wednesday October 12th at 8pm.
Finally, at 10:30pm, for those night-owls among us, a nightcap at the Casa Del Popolo will be presented. The line up promises to be creative dynamic and filled with the intoxicating spirits of freedom and adventure.
This year the operative words are quality, creativity and free expression. Also included are various special events; a veritable banquet for those who love music for eight October days.
Préambule:
L'année dernière, L'Off  Festival de Jazz atteindre l’âgé de 11 ans et comme avec la plupart des préadolescents, il a cherché à affirmer sa propre identité et son indépendance. Depuis dix ans, le festival a été sous l'ombre du Festival de Jazz de Montréal.  L'année dernière, il s'installe dans la saison d’automne coloré (du 15 au 23 Octobre) et résolument confronte ses nouveaux défis avec un esprit de liberté et de la créativité.
Cette année, pour sa 12e édition le festival sera l'hôte de 27 concerts dans neuf salles du 7 Octobre jusqu'à 15. Lion d'or, la Salla Rosa, Upstairs et La Chapelle du Bon-Pasteur accueillera à nouveau les concerts à 20:00h et 21:30h la plupart des nuits (voir le guide de la programmation pour plus de détails).
La série populaire de 5-à-7 retourne une fois de plus au Dièse Onze avec un assortiment de jazz qui comprend la gamme entre les sons inspiré par le world-beat jusqu’au  moderne. Pour terminer le festival (le 15) au Cabaret du Mile-End, L'Off nous propose pour la deuxième année un collectif sur mesure de 11 musiciens, chacun contribuant à une nouvelle création. Au même endroit, il y aura une fête de clôture avec le Jazz Amnesty Sound System mettant en vedette les DJs Andy Williams et Sweet Daddy Luv.  
Le fin de semaine du 8 et 9 d’Octobre, à la Maison de la Culture Mont-Royal, l'off Jazz présentera a 14h «Les Fables de la Patère» un spectacle de théâtre musical pour les enfants âgés de 5 à 9 ans; créé par Pierre Labbé et Paul Livernois.
Le point culminant du festival de cette année est plus certain d'être une soirée d'improvisation par  Element Choir Project, un collectif de Toronto dirigé par Christine Duncan: un chœur de 55 voix soutenue par 5 musiciens. La performance sera à l'Église St-Viateur d'Outremont le Mercredi 12 Octobre à 20h.
Finalement, à 22:30h, pour  les oiseaux de nuit  parmi nous, un dernier verre à la Casa Del Popolo sera présenté. L’alignement  promet d'être créatif, dynamique et rempli avec les esprits intoxicants de liberté et de l'aventure.
Cette année les mots clés sont la qualité, la créativité et la liberté d'expression. Également inclus des divers événements spéciaux ; un véritable banquet pour ceux qui aiment la musique pendant huit jours en Octobre.

For more info go to / Pour plus d'infos, allez à: http://www.lofffestivaldejazz.com/  or call / ou appeler 514-524-0831.
 




Capsule reviews of concerts attended / Commentaires capsule des concerts assistés:

Trio Derome Guilbeault Tanguay “Danse a l’Anvers”, Oct. 07th 2011 20:00, Lion D’or 
Montreal veteran jazz trio Jean Derome (saxophones), Normand Guilbeault (double bass) and Pierre Tanguay (drums) inaugurate the 12th edition of l’Off Jazz Festival of Montreal with an eclectic program of original compositions with a dash of classic jazz melodies from some of the giants of jazz (Duke Ellington, Roland Kirk, Lennie Tristano and Rick Henderson). It was a pleasure hearing Derome singing on the latter two. The music was dazzling and irresistible with a swinging blues that was both free and slightly ‘off’-kilter. It was adventurous with the right amount of light-hearted humour both in the music and presentation. Their passion and knowledge is clearly demonstrated. The artistic statement, as usual was vigorous and refreshing. Chord changes handled with ease.
Le trio vétéran de jazz Montréalaise de Jean Derome (saxophones), Normand Guilbeault (contrebasse) et Pierre Tanguay (batterie) inaugurent la 12e édition de l'off Jazz Festival de Montréal avec un programme éclectique de compositions originales avec un zeste de mélodies jazz classiques de certains des géants du jazz (Duke Ellington, Roland Kirk, Lennie Tristano et Rick Henderson). Ce fut un plaisir d’entendre Derome chante sur les deux dernières pièces. La musique était éblouissante et irrésistibles avec un blues qui swing qui était à la fois libre et légèrement décalé. C’était aventureux avec la bonne quantité d'humeur joyeuse tant dans la musique et de la présentation. Leur passion et leurs connaissances était clairement démontrées. Comme d'habitude, leur déclaration artistique, a été vigoureuse et rafraîchissante. Les modifications des accords sont manipulées avec facilité.
 
Jean-François Groulx Trio, Oct. 08th 2011, 17:00 Dièse Onze
Pianist opens this year’s 5-à-7 series at Dièse Onze accompanied by Jim Hillman on drums and Adrian Vedady on double bass. With original compositions that spanned his entire career, the audience was treated to a sumptuous feast of melodies that were hauntingly beautiful and propulsive. With strong well-phrased and harmonised song structures, Groulx possesses a strong sense of melody and A1 compositional skills.
Pianiste ouvre la série 5-a-7 de cette année à Dièse Onze accompagné par Jim Hillman à la batterie et Adrian Vedady à la contrebasse. Avec des compositions originales qui s’étalent sur toute sa carrière, les spectateurs a été traité à une fête somptueuse de mélodies qui étaient une beauté envoûtante et propulsive. Grace à des fortes structures de chansons bien formulées et harmonisées, Groulx possède un sens aigu de la mélodie et de compétences compositionnelles A1.
Trio Trudel Lafrance Graham, Oct. 09th 2011 19:00, Upstairs
An evening of contemporary chamber music straddling the space between classical, jazz and pop with Marianne Trudel on piano / composer, Étienne Lafrance on double bass / composer and Patrick Graham on percussion, resulting in a successful encounter by three creatively talented musicians from diverse musical backgrounds. A program of original compositions written by either Trudel or Lafrance that were well-structured, driving and forcefully lyrical whose titles often referred to water. An enjoyable part of the concert was a series of three playful duos with Lafrance and Graham. The flow of the pieces plays reflected quite closely the patterns of life: alternate periods of order followed by disorder with a return to order.
Une soirée de musique de chambre contemporaine chevauchant l'espace entre la musique classique, jazz et pop avec Marianne Trudel au piano / compositeur, Étienne Lafrance contrebasse / compositeur et Patrick Graham aux percussions, résultant en une fructueuse rencontre par trois musiciens talentueuses créative de divers horizons musicaux. Un programme de compositions originales écrites par Trudel ou Lafrance, bien structuré, conduite et avec force lyrique dont les titres était  souvent visé à l'eau. Un cadre agréable du concert était une série de trois duos ludiques avec Lafrance et Graham. L’écoulement des pièces reflète assez près le chemin de la vie: périodes d'ordre suivi par le désordre avec un retour à l'ordre.
  A Meeting of Film and Music, Oct. 11th 2011, 20:00, Chapelle Historique du Bon-Pasteur
Three musicians (Jean-Philippe Collard-Neven from Belgium on piano, Jean Derome on saxophones and flutes, Pierre Tanguay on drums) and two filmmakers / visual artists (Pierre Hebert and Jean Detheau) meet to awaken all five senses in an evening of completely improvised visuals and sounds. One of the purposes of improvisation is to showcase the technical skills of each artist, and in the case of a group,   the ability to work together in harmony. The evening’s five artists succeeded in this by giving an audio-visual performance that was, as I would describe it, ‘well-structured chaos with an undertow of beauty’. Another purpose is to evoke an image or emotional responses from the audience. Of that which is evoked could be drastically different with each of the performers and those of the audience. In this reviewer’s mind the music which ranged from frenetic to beautifully melancholic and the colours and shapes dancing on the screen evoked images and sounds of autumn deep in the forests.

Un Rencontre de Cinéma et Musique, 11 octobre 2011, 20:00, Chapelle Historique du Bon-Pasteur
Trois musiciens (le pianiste Belge Jean-Philippe Collard-Neven, Jean Derome aux saxophones et flûtes, Pierre Tanguay à la batterie) et deux cinéastes / artistes visuels (Pierre Hebert et Jean Detheau) se réunissent pour réveiller tous les cinq sens dans une soirée de visuels et sons complètement improvisés. Un des buts de l'improvisation est de mettre en valeur les compétences techniques de chaque artiste et dans le cas d'un groupe, la capacité de travailler ensemble en harmonie. La soirée de cinq artistes a réussi à cela en donnant une performance audio-visuelle qui était, comme je d’écrirais, «un chaos bien structuré avec un reflux de la beauté». Un autre objectif est d'évoquer une image ou réponses émotionnelles du public. De ce qui est évoquée pourrait être radicalement différent avec chacun des interprètes et ceux du public. En tête de cette critique la musique qui allaient de frénétique à magnifiquement mélancolique et les couleurs et les formes qui dansait sur l'écran évoquée les images et les sons de l’automne dans une forêt profonde.

The Element Choir Project, Oct. 12th 2011 20:00, Église Saint Viateur
An evening whereby the human voice is celebrated and explored to its greatest potential, with a 55-voice chorus backed by 5 musicians (Jean Martin on drums, Jim Lewis on trumpet, Eric Robertson on church organ, Bernard Falaise on guitar, Jesse Zubot on violin). The choir was led by vocalist Christine Duncan. The acoustics of the church also factored into this wonderful experience especially enhanced by Robertson’s technical savvy coming from the other end of the church. There were many crescendo moments and vocal solos that had an angelic or otherworldly feel to them. Overall an enjoyable evening but when there is such a large group of performers there is, understandably, some flaws and/or weak moments. For example a few in the choral had annoyingly conspicuous postures (crossed arms or hands in pockets etc), some off-key or ‘doing your own thing’ moments.

Une soirée où la voix humaine est célébrée et explorée à son plus grand potentiel, avec un chœur de 55-voix soutenue par cinq musiciens (Jean Martin à la batterie, Jim Lewis à la trompette, Eric Robertson sur l'orgue de l'église, Bernard Falaise à la guitare, Jesse Zubot au violon). Les choristes étaient dirigées par le chanteur Christine Duncan. L'acoustique de l'église a également pris en compte dans cette merveilleuse expérience particulièrement renforcée par le bon sens de technique de Robertson, venant de l'autre extrémité de l'église. Il y avait de nombreux moments de crescendo et de solos vocaux qui on eux un sentiment angélique ou surnaturel. Dan l’ensemble une soirée agréable, mais quand il y a un si grand nombre d'interprètes il y a, naturellement, des quelques défauts et/ou  des moments de faiblesse. Par exemple quelques-uns dans la chorale avaient des postures ennuyant et bien en vue (les bras croisés ou les mains dans les poches, etc.),  des moments hors-clés ou  de « faire votre propre chose ».

Other Voices, Oct. 13th 2011 20:00, Sala Rossa
Launching of their sixth record ‘In Other Words.’ For over ten years ‘Other Voices’ has been drummer Thom Gossage’s musical voice. The group is comprised of Rémi Bolduc on alto saxophone, Frank Lozano on tenor and soprano saxophone, Steve Raegele on guitar and Jonah Fortune on double bass. The resulting music is a playfully abstract stop-motion jazz on a foundation of rock (Raegele’s guitar) sprinkled with ethnic elements (Gossage’s use of traditional or invented instruments).
Gossage allows ample room for each member of the group for self-expression. His pieces can best be described as collages or assemblies as he takes pieces or material from many sources and weaves them together seamlessly.

Le lancement de leur sixième disc «In Other Words.» Depuis plus de dix ans « Other Voices » a été la voix musicale du batteur Thom Gossage. Le groupe est composé de Rémi Bolduc au saxophone alto, Frank Lozano aux saxophones  ténor et soprano, Steve Raegele à la guitare et Jonah Fortune à la contrebasse. En résultat, la musique est un jazz jouer en image par image et joyeusement abstraite sur une base de rock (la guitare de Raegele) saupoudré d'éléments ethniques (l’utilisation par Gossage d'instruments traditionnels ou inventés).   Gossage permet amplement de place pour chaque membre du groupe pour s'exprimer. Ses pièces peuvent mieux être décrit comme des collages,  assemblées en prenant des pièces ou du matériel provenant de nombreuses sources et leur tisse transparente.

Rémi Bolduc Jazz Ensemble + Two, Oct. 14th 2011 20:00, Sala Rossa
World renowned saxophonist is flanked on both sides by tenor sax greats Jerry Bergonzi (from Boston Massachusetts) and Phil Dywer (from British Columbia) and solidly backed by Steve Amirault (piano), Fraser Hollins (double bass) and Dave Laing (drums). Definitely the highlight of this year’s festival the audience was treated to an evening of traditional jazz inspired by Charlie Parker and John Coltrane. Solid solos throughout.

Saxophoniste de renommée mondiale est flanqué de chaques coté par deux grands jouers du sax ténor: Jerry Bergonzi (qui parviens de Boston, Massachusetts) et Phil Dywer (qui parviens de la Colombie-Britannique) et solidement soutenu par Steve Amirault (piano), Fraser Hollins (contrebasse) et Dave Laing (batterie). Définitivement le coup de cœur du festival de cette année, le public a été traité à une soirée de jazz traditionnel inspiré par Charlie Parker et John Coltrane. Des solos solides tout au long du spectacle.