Wednesday, 7 September 2011

L'Âge de Raison / With Love ... From the Age of Reason par / by Yann Samuell

Margaret Flore (Sophie Marceau) vit une vie sur de soi-même, déterminée et stable  comme elle se rapproche rapidement de la quarantaine. Sa carrière en tant que haut-exécutive dans une entreprise multinationale se démontrant un potentiel élevé. Tout ce qu'elle fait dans sa carrière est fait avec un sentiment d'assiduité. Son approche de son collègue et partenaire et de vie, Malcolm (Marton Csokas) est le même aussi à l’égard d’avoir son premier enfant.
Tel est le cas jusqu'à ce qu’elle reçoive  une visite d'un notaire de province a la retraite, le Maitre Mérignac (Michel Duchaussoy), qui lui tend un paquet. Au début,  elle veut le renvoyer, mais il la convainc d'accepter  le paquet. Lorsqu'elle ouvre le paquet, elle découvre que c'est d'elle-même quand elle avait atteindre «l'âge de raison». Selon l'Église Catholique Romaine, un enfant de sept ans est maintenant capable d'assumer la responsabilité morale. Une sorte de capsule temporelle, cela à été destiné afin qu’elle n’oublierait pas les promesses qu'elle avait faites à elle-même et qui elle voulait devenir. 
Comme Margaret lit plus des lettres, qu’elle écrivait pour elle-même, elle commence à remettre en question son choix de vie. Toutes ses certitudes d’être troublé, elle se demande, » est ce vraiment comme cela que je voulais que ma vie soi? « 
Bien que le concept est original, j'ai trouvé le lien entre le passé et le présent pas tout à fait la et il y avait peu de rapport entre la Margaret (Margarite) de sept ans et c’elle de 40 ans. Les performances étaient bonnes et il y avait des moments, mais dans l'ensemble, j'ai trouvé le film d'être un  peu décevant.

Margaret Flore (Sophie Marceau) is living a self-assured, determined and stable life as she is quickly approaching her 40s. Her career as a top executive in a multinational company is showing high potential. All of what she does in her career is done with a sense of assiduity. Her approach to her colleague and life partner, Malcolm (Marton Csokas) is the same even with regard to having her first child.
This is so until she receives a visit from a provincial retired notary, Maitre Mérignac (Michel Duchaussoy), who hands her a packet. At first, she wants to send him away but he convinces her to accept the package. When she opens the package, she discovers that it is from herself when she was at the ‘age of reason.’ According to the Roman Catholic Church, a seven-year-old child is now capable of taking moral responsibility. A kind of time capsule, this was intended so that she would not forget the promises she had made to herself and who she wanted to become.
As Margaret reads more of the letters she wrote to herself she begins to question her choices in life. All of her certainties being upset, she wonders “is this really how I wanted my life to be?”
 Though the concept is original, I found the link between past and present not quite there and little connection between the seven-year-old Margaret (Margarite) and the 40-year-old Margaret. The performances were good and there were moments but overall I found the film to be somewhat  disappointing.