Saturday, 2 February 2013

Infinithéâtre presents / présente Kafka’s Ape


Playing at Bain St-Michel (5300 St-Dominique – phone 514-987-1774 ext 104) from January 28 till February   13 2013 in English. 
Joue  au Bain St-Michel (5300 St-Dominique – Téléphone 514-987-1774 ext 104) du 28 Janvier au 13 Février 2013 en Anglais. 
 
An adaptation of Franz Kafka’s short story “A Report to an Academy” (first published in the German monthly “Der Jude” in 1917).
Directed by Guy Sprung; stars Howard Rosenstein as Redpeter and Alexandra Montagnese as Mrs. Redpeter;   make-up by Vladimir Cara; photos of Kafka’s Ape by Brian Morel. 
Une adaptation du conte de Kafka « Un  Rapport pour une Académie » (première publication dans le mensuel Allemand « Der Jude » en 1917). 
Mise en Scène par Guy Sprung ; mettant en vedette Howard Rosenstein comme Redpeter et Alexandra Montagnese comme Mme Redpeter ; maquillage par Vladimir Cara ; les photos de Kafka’s Ape  par Brian Morel. 
 

Redpeter, a renowned and celebrated mercenary soldier employed by Graywater Corporation, speaks before an audience of its stockholders. His wife is in attendance. He recounts how in his desire to ‘escape’ and preserve his life he decided to ‘become’ human. He begins his narrative 10 years prior when he was captured by Graywater and transported from Africa to the United States on a ship.  He describes how he was treated while caged in the ship’s cargo hold and how he learned by imitation the ways of humanity. 
The dialogue was captivatingly incisive and Rosenstein’s performance was credible in every possible way. The make-up was superb and convincing – being so close to the stage – I could ‘smell’ his apeness.   Montagnese’s character was too low-key that it literally distracted whenever she did something. I would have preferred that she would have been more disruptive as her husband spoke. Mrs Redpeter had not adapted to the ways of humanity.  The logo used by Graywater was very telling and ironic – the statue of ‘Liberty’   holding a sword rather than a flame.
 

Redpeter, un soldat mercenaire renomme et célébré, employé par la société des Graywater, parle devant un auditoire de ses actionnaires. Son épouse est présente. Il raconte comment, dans son désir de « s'échapper » et de préserver sa vie, il décide de « devenir» humain. Il commence son récit 10 ans en avant quand il a été capturé par Graywater et transporté d'Afrique vers les États-Unis sur un navire.  Il décrit comment il a été traité en cage dans la cale à cargaison du navire, et comment il a appris par imitation les façons de l'humanité. 
Le dialogue a été séduit incisif et la performance de Rosenstein était crédible dans toutes les manières possibles. Le maquillage était superbe et convaincant – en étant si près de la scène – je pourrais 'sentir' son  odeur de singe.   Le caractère de Montagnese était trop discret qu'elle a littéralement distrait à chaque fois qu'elle faisait quelque chose. J'aurais préféré qu’elle aurait pu être plus perturbateur pendent que son mari parlait. Mme Redpeter n'avait pas adapté à la façon de l'humanité.  Le logo utilisé par  Graywater a été très révélateur et ironique – la statue de la « Liberty » tenant une épée plutôt qu’une flamme.