Monday, 6 May 2013

Montreal Chamber Music Festival

18th edition

 
May 09 – June 01 2013
 
 Festival Musique de Chambre Montréal 18e édition
Du 09 Mai au 01 Juin 2013  
 
St George’s Church – corner of Peel and de la Gauchetiére / Église St George – angle Peel et de la Gauchetiére.

A foretaste of the festival: Concerts in the Streets (May 04 – 8 @ 06:30) with Frolic Brass Quintet (created by 5 students of the Conservatoire de Musique de Montréal in 2004) in Place des Arts just across from Théâtre Maisonneuve.  

Un avant-goût du festival : Concerts dans les rues (du 04 au 8 mai @ 06:30) avec le Frolic Brass Quintet (créée par 5 étudiants du Conservatoire de Musique de Montréal en 2004) à l`intérieure de la Place des Arts, juste en face de Théâtre Maisonneuve.

An eclectic festival presenting serious music for small groups in an intimate setting – 18 concerts for 4 weeks; highlights include: the Boston Chamber on opening night ( 9), Montreal Pianist Oliver Jones opening (10) the TD Jazz series (Fridays); 3 evenings (14,15 and 16) dedicated to the music of Camille Saint-Saëns (1835-1921); 50th anniversary of the Swingle Singers (18); 3 evenings (22,23 and 25) featuring the music of Johann Sebastian Bach (1685-1750), 2 evenings (28 and 29) bringing to light the interpretations of Ravel, Franck,  Debussy and Fauré by renowned French pianist Jean-Phillippe Collard. On May 30, the Emerson String Quartet will be performing Haydn, Bartók and Beethoven with the world premiere of their new cellist Paul Watkins.  The festival closes with a 4 hour marathon concert dedicated to Pyotr Ilyitch Tchaikovsky (1840-1893).  
 
http://www.youtube.com/watch?v=VMa7guONPQo&feature=player_embedded

Un festival éclectique présentant la musique sérieuse pour de petits groupes dans un cadre intime – 18 concerts pendant 4 semaines ; les moments a souligner comprennent : le Boston Chamber (la soirée d'ouverture  9), le pianiste Montréalais Oliver Jones (10) pour l'ouverture de la série TD Jazz  (les vendredis) ; 3 soirées (14, 15 et 16) dédiées à la musique de Camille Saint-Saëns (1835-1921) ; 50e anniversaire des Swingle Singers (18) ; 3 soirées (22, 23 et 25) mettant en vedette la musique de Johann Sebastian Bach (1685-1750), 2 soirées (28 et 29) mettant en lumière les interprétations de Ravel, Franck, Debussy et Fauré par le célèbre pianiste Français Jean-Philippe Collard. Le 30 Mai, le Quatuor Emerson interprétera  Haydn, Bartók et Beethoven avec la première mondiale de leur nouveau violoncelliste Paul Watkins.  Le festival se termine avec un concert marathon de 4 heures dédié à  Pyotr Ilyitch Tchaikovsky (1840-1893). 

For more information / Pour plus d`information: http://www.festivalmontreal.org/  

Concerts attended / Spectacles assister:    




Friday, May 10th, 8 p.m. / Vendredi, le 10 Mai, 20h                                             
Brandi Disterheft Quartet  / Le Quatuor de Brandi Disterheft  
Brandi Disterheft: Double Bass, Vocals / Contrebasse, Chant
 William Sperandei: Trumpet / Trompette 
Josh Goodman: Piano / Piano
Morgan Childs: Drums / Batterie   
This set by Vancouver born; New York based bassist Brandi Disterheft shows that Canadian jazz is in no danger of becoming extinct. The program was an eclectic mix her accomplished compositions and standards; up-tempo pieces and ballads. Along with her intense bass playing, Brandi would thrill the audience with her sweet dreamy vocals.  The highlights were the ballad “Gratitude” – a tribute to her cousin whose life was sadly cut short and her rendition of Anti Vietnam War song “Compared to What.”   

 
                           

 Ce  programme du contrebassiste  Brandi Disterheft, né à Vancouver et basée à New York,  montre que le jazz Canadien est dans aucun danger d'extinction. Le programme était un mélange éclectique de ses compositions accomplies et des standards ; des pièces up-tempo et des ballades. Ainsi que son jeu de basse intense, Brandi ferait vibrer le public avec sa voix douce et rêveuse.  Les moments à souligner étaient la ballade « Gratitude » – un hommage à son cousin, dont sa vie a été malheureusement écourtée et son interprétation de la chanson Anti guerre du Vietnam «Compared to What. »  

Oliver Jones Trio / Le Trio d’Oliver Jones 
Oliver Jones: Piano / Piano     
 Éric Lagacé: Double Bass / Contrebasse  
 Jim Doxas: Drums / Batterie 
Oliver Jones was born and raised in Montreal’s Saint Henri district and listened to the older Oscar Peterson practicing. Today at 78, the renowned pianist still strokes the keys with the youthful energy of when he was 5 but now endowed with the wisdom of age. Along with collaborators Lagacé and Doxas, Jones also shows that great music is not bound to a single generation (if the 3 were related it would be like grandfather, father and son.) The highlights of this performance were a calypso number that featured Doxas bringing out the full potential of his instrument, the back and forth conversation between   Jones and Lagacé and finally an improvised mash-up mixing “Rhapsody in Blue” with “Summertime.” Extremely grateful that Oliver Jones has re-emerged from his brief but much publicised retirement in order to continue to enrich the lives of those honoured to hear him. This will be one of my most cherished memories.


Oliver Jones est né et à grandit dans le Quartier du Saint Henri de Montréal et écoutait le plus ainé Oscar Peterson pratiquait. Aujourd'hui à 78, le célèbre pianiste encore caresse les touches avec l'énergie de la jeunesse de quand il avait  5 ans, mais maintenant doté de la sagesse de l'âge. Avec ses collaborateurs Lagacé et Doxas, Jones nous montre également que la  musique formidable n'est pas liée à une seule génération (si les 3 étaient liées, que ce serait comme grand-père, père et fils.) Les moments à souligner de ce  spectacle une certaine pièce de calypso qui mettait en vedette  Doxas en lui faisant ressortir tout le potentiel de son instrument, le va et vient d’une  conversation entre Jones et  Lagacé et enfin un  mash-up improvisé qui mélangeait «Rhapsody in Blue» avec « Summertime ». Extrêmement reconnaissants que Oliver Jones a refait surface depuis son  brève mais très médiatisé retraite afin de continuer à enrichir la vie de ceux qui a l'honneur de l'entendre. Ceci sera une de mes plus belles souvenirs.


Friday, May 17th, 8 p.m. / Vendredi, le 17 Mai, 20h 

Chico Piñeiro Quintet (Brazil) / Quintette Chico Piñeiro (Brésil)  
 There's a Storm Inside”   
Chico Piñeiro: Guitar, Vocals / Guitarre / Chants 
Luciana Alves: Vocals / Chants   
Helio Alves: Piano / Piano   
Scott Thompson: Electric Bass / Basse Électrique 
Mauricio Zottarelli: Drums / Batterie    
A concert of Latin flavored world Jazz. The quintet played with deep respect to Brazilian tradition yet consistently forward looking, performing with perfect interplay, well timed and in harmony.   Each member played with fluid musicianship that recalls recordings by percussionist Airto Moriara and Flora Purim. The weakest factor was the lack of connection with the audience – I got the sense that they were performing for themselves. Overall, the music was pleasurable to listen to but not memorable yet I will not write them off – as I have learned from over 40 years of listening some artists need time to infuse the listener with their ‘sound.’    
 
Un concert de Jazz mondial assaisonnée aux Latino. Le quintette a joué avec un respect profond de la tradition Brésilienne mais avec un regard constant  vers l'avenir, avec un interaction parfaite, bien chronométré et en harmonie.   Chaque membre joue avec musicalité fluide qui nous rappelle des enregistrements par le percussionniste Airto Moriara et Flora Purim. Le facteur de la plus faible était un  l'absence de lien avec le public – j'ai eu le sentiment qu’ils jouaient pour eux-mêmes. Dans l'ensemble, la musique était agréable à écouter mais pas mémorable mais je ne vais pas les radier  – comme je l'ai appris parmi plus de 40 années d'écoute certains artistes ont besoin de temps pour insuffler l'auditeur avec leur « son ».


Saturday, May 18th, 8 p.m. / Samedi, le 18 Mai, 20h  
 
Swingle Singers 50th Anniversary Celebration 
 Swingle Singers Célébration du 50e Anniversaire  
 
                            1963
 
The current members are/ Les membres actuels sont:  
Joanna Goldsmith-Eteson: soprano / soprano  
Sara Brimer :soprano /  soprano
Clare Wheeler :alto / alto  
Oliver Griffiths: tenor / ténor   
Christopher Jay: tenor / ténor   
Kevin Fox: baritone / baryton   
Edward Randell: bass / basse   
 Hugh Walker:  Sound engineer / ingénieur du son  
2013 

 
Since the release of their award winning first album “Jazz Sebastian Bach” in 1963, the a cappella group Swingle Singers (despite multiple changes in their lineup) have thrilled audiences worldwide with their unique sound proving that good music transcends all boundaries whether it is generational, cultural or stylistic. Last night’s concert was no exception with an eclectic program that ranged from Bach to Mumford and Sons and passing through Falla, Corea, Donizetti, Lennon/McCartney, Debussy, and much more. To choose the moments that stand out in an evening when every selection performed is a gem is a difficult task indeed. The Swingle Singers are effortlessly able to take possession of each selection and make it their own with dynamite vocals often producing sounds that defy all imagination. From the first half I would pick out Chick Corea’s Spain which is, in my mind, among the most beautiful jazz numbers ever written. In the second half Lennon/McCartney’s Lady Madonna followed by a scat duo by Kevin Fox and Edward Randell that was absolutely thrilling. The sounds produced during Debussy’s Claire de Lune gave me the impression that synthesizer whiz Tomita had suddenly appeared on stage. 

Depuis la sortie de leur premier album primé « Jazz Jean-Sébastien Bach » en 1963, le groupe a cappella les Swingle Singers (malgré les nombreux changements  dans leur fil des départs et arrivées de ses membres) ont émerveille les auditoires dans le monde entier avec leur son unique prouvant que la bonne musique transcende toutes les frontières que ce soit générationnels, culturels ou stylistiques. Le Spectacle  d'hier soir n’a pas faite l’exception avec un programme éclectique allant de Bach à Mumford and Sons, en passant par Falla, Corea, Donizetti, Lennon/McCartney, Debussy et bien plus. Choisir les moments qui se démarquent dans une soirée où chaque sélection jouée est un bijou est une tâche difficile en effet. Les Swingle Singers sont sans effort capable de prendre possession de chaque sélection et le rendent leur propre avec du chant dynamite en produisant souvent des sons qui défient l'imagination de tous. Dès la première moitié, je choisirais Spain de Chick Corea qui est, dans mon esprit, parmi les plus beaux numéros de jazz jamais écrites. Dans la deuxième moitié Lady Madonna de Lennon/McCartney suivie d'un duo de scat entre Kevin Fox et Edward Randell qui était absolument passionnant. Les sons produits au cours de Claire de Lune de Debussy m'a donné l'impression que le prodige du synthétiseur Tomita avait soudainement apparu sur scène.   


Friday, May 24th, 8 p.m. / Vendredi, le 24 Mai, 20h 
 
Eldar Djangirov: 3 Stories  

Unlike most ‘storytellers’ who recount theirs orally, New York based pianist Eldar Djangirov tells his with dazzling dexterity, serious enthusiasm and brilliantly complex discipline. As with 2011s solo piano album of the same title, last night’s program gave the audience samplings from all 3 aspects of his musical vision from his straightforward interpretation of the classics such as Bach and Prokofiev to his re-imagined covers of Gershwin, Beatles, Charlie Parker, etc. to his own cleverly impressionistic compositions.  
Born January 28 1987, in the former Soviet Republic of Kyrgyzstan, his parents emigrated and settled in Kansas City when Eldar was 10 years old. He has been playing the piano since he was 3; appeared on Marion McPartland’s NPR show Piano Jazz at 12 (being the youngest performer on the show) and was signed to Sony Classics when he was 17. Dave Brubeck has praised Eldar Djangirov as “genius beyond most young people I’ve heard;” destined to be a musical giant who will be a tremendous influence on future generations.   


Contrairement à la plupart « conteurs » qui racontent leurs histoires oralement, pianiste Eldar Djangirov  basée à New York, raconte les sien avec une dextérité éblouissante, un enthousiasme sérieux et un discipline brillamment complexe. Comme son album solo de piano (2011) du même titre, le programme d’hier soir à donner le public un gout de tous les trois aspects de sa vision musicale des son interprétation simple des classiques tels que Bach et Prokofiev à ses couvertures ré-imaginées de Gershwin, Beatles, Charlie Parker, etc. pour ses propres compositions savamment impressionnistes.
Né le 28 Janvier 1987, dans l'ancienne République Soviétique du Kirghizistan, ses parents ont émigré et s'installe à Kansas City, quand Eldar avait 10 ans. Il joue du piano depuis qu'il a 3 ; apparu sur l’émission NPR Piano Jazz de Marion McPartland à 12 ans (étant l’artiste le plus jeune sur l’émission) et à signé avec Sony Classics quand il avait 17. Dave Brubeck a fait l’éloge de Eldar Djangirov comme « génie au-delà de la plupart des jeunes que j'ai entendu; » destiné à être un géant musical qui aura une grande influence sur les générations futures. 

 
Tuesday, May 28th 8 p.m. / Mardi, 28 Mai 20h

The Art of Jean-Philippe Collard, Part I / Le Grand Art de Jean-Philippe Collard

Jean-Philippe Collard and / et David Jalbert: piano / piano   
Cecilia String Quartet / Quatuor à Cordes Cecilia:    
Min-Jeong Koh and /et Sarah Nematallah : violins / violons 
Caitlin Boyle: viola/ alto 
Rachel Desoer: cello/ violoncelle  
The title of this concert is a bit of a misnomer as Jean-Philippe Collard did not perform on the second piece (the String Quartet). I would have called it “The Art of French Impressionism” as the first half was all Ravel who along with Debussy was one of its most prominent figures and Franck’s music had a profound impact on both composers.      
Le titre de ce concert est un peu inapproprié que Jean-Philippe Collard n'a pas joue sur la deuxième pièce (le Quatuor à cordes). J'aurais appelé il « L'Art de l'impressionnisme Français » comme le premier semestre a été tous Ravel qui, avec Debussy, était l'une de ses figures les plus proéminentes et musique de Franck a eu un impact profond sur les deux compositeurs. 
A)     Maurice Ravel (1875-1937)  
1)      Suite Mother Goose / Suite Ma Mère l’Oye (1910)  
Jean-Philippe Collard, David Jalbert, piano  
Jalbert definitely led this performance. His playing was fluid whereas that of Collard felt stilted as if he had no room (maybe 2 pianos would have been better?).

Jalbert a certainement mené cette performance. Son interprétation était fluide, alors que celle de Collard estimait guinder comme s'il n'avait pas de place (peut-être 2 pianos auraient été mieux?).

2)      String Quartet in F Major (1903) / Quatuor à cordes en fa majeur (1903)   
Cecilia String Quartet  / Quatuor à Cordes Cecilia   
 
A thrilling performance – well played with intense passion. 
Une interprétation passionnant – bien joué avec une intensité profonde.

*Intermission / Entracte*  

B) César Franck (1822-1890)  
1.       Piano Quintet in F minor (1879) (dedicated to Saint-Saëns)  
Cecilia String Quartet   with / avec Jean-Philippe Collard:  piano  



Wednesday, May 29th 8 p.m. / Mercredi 29 Mai 20h
                                                                        
The Art of Jean-Philippe Collard, Part II / Le Grand Art de Jean-Philippe Collard 2e Partie  
Jean-Philippe Collard: piano / piano – 1, 2, 3, 4    
A better performance than that of the previous evening yet I still had difficulty in connecting with it – technically adept but it lacked emotion.   

Une meilleure performance que celle de la soirée précédente, mais j'avais toujours mal en connexion avec elle – habiles techniquement mais ceci manquait d'émotion.   
Giora Schmidt: violin / violon 2, 3, 4    
A dynamic and commanding performance from this young violinist who could be the next Itzhak Perlman.

Une performance dynamique et imposante de ce jeune violoniste qui pourrait être le prochain  Itzhak Perlman.  
Marcus Thompson: viola / alto 4

Denis Brott: cello/ violoncelle–1, 4      

 
Claude Debussy (1862-1918) 
1)      Sonata for Cello and Piano in D Minor / Sonate pour Violoncelle et Piano en Ré Mineur (1915  
Maurice Ravel (1875-1937)  
2) Sonata for Violin and Piano / Sonate pour Violon et Piano (1927)   
3) Tzigane (1924)  
 
*Intermission / Entracte*    

Gabriel Fauré (1845-1924)   
4) Quartet #1 in C Minor for Piano and Strings / Quatuor no1 pour Piano et Cordes, Opus 15 (1879)
Overall an enjoyable concert – each of the four performers blending well with each other. But both concerts with Jean-Philippe Collard reinforced the personal feeling that the most appealing and emotionally connected musicians are those who are multifaceted – who compose their own material and when they interpret pieces of other composers, they make it their own (for example when the pianist Eldar Djangarov did Bach’s Prelude in C Major, you knew it was Bach but you also felt that he made it his own). Musicians whom you can hear  in many different settings (Eric Lagacé who performed with Oliver Jones earlier in a Jazz setting also performs with classical orchestras and ensembles such as the Société de Musique Contemporaine de Québec – SMCQ). 
Dans l'ensemble un concert agréable – chacun des quatre interprètes mélangeant bien ensemble. Mais les deux concerts avec Jean-Philippe Collard a renforcé le sentiment personnel que les musiciens les plus attirantes et émotionnellement connectés sont ceux qui sont a facettes multiples – qui composent leur propre matériel et quand ils interprètent des pièces d'autres compositeurs, ils rendent leurs propres (par exemple quand le pianiste Eldar Djangarov Bach du Prélude en do majeur, vous saviez c'est Bach, mais vous vous êtes senti aussi qu'il fait son propre). Les musiciens dont vous pouvez entendre dans de nombreux contextes différents (Eric Lagacé qui a joué avec Oliver Jones, plus tôt dans un contexte de Jazz joue également avec les orchestres et des ensembles classiques tels que la Société de Musique Contemporaine de Québec – SMCQ).

Thursday, May 30th, 8 p.m. /   Jeudi, 30 Mai, 20h 
Emerson String Quartet: Passing the Torch
Quatuor à Cordes Emerson : Passer le Flambeau

 
Eugene Drucker and / et Philip Setzer: violins / violons  
Lawrence Dutton: viola / alto
Paul Watkins: cello / violoncelle  

Since their formation in 1976, the Emerson String Quartet (their name is taken from American poet and philosopher Ralph Waldo Emerson), has garnered an unparalleled list of achievements with more than 30 acclaimed recordings, 9 Grammy’s plus many other awards.  Last night’s concert was the world premiere performance with their new cellist Paul Watkins who replaced David Finckel May 11 2013). Watching Paul perform was probably the most thrilling part of the concert. With his facial expressions and his theatrically passionate playing, I could sense the outpouring of emotions and his total involvement in each of the three string quartets played. See below for brief comments regarding my impressions of each piece.  

Depuis leur création en 1976, le Quatuor à Cordes Emerson (leur nom est tiré du poète et philosophe Américain Ralph Waldo Emerson), a recueilli une liste inégalée des réalisations avec plus de 30 enregistrements acclamés, 9 Grammy ainsi que plusieurs autres prix. Ce concert d’hier soir a été le premier mondial avec leur nouvelle violoncelliste Paul Watkins, qui a remplacé David Finckel le 11 Mai 2013). En regardant Paul jouer était probablement la partie la plus palpitante du concert. Avec ses expressions faciales et son jeu théâtral passionné, je pouvais sentir l'effusion d'émotions et de son implication totale dans chacun des trois quatuors à cordes joués. Voir ci-dessous pour les brefs commentaires au sujet de mes impressions de chaque pièce.   

A)     Joseph Haydn (1732-1809)
String Quartet in G Minor #3, Opus 20
Quatuor à Cordes en sol mineur no 3 Opus 20  
(1772)
An enjoyable piece that is played in an attitude of humorous wit and feistiness with an atmosphere of dark-hued merrymaking prevailing.  
 Une pièce agréable qui se joue dans une attitude d'esprit plein d'humour et de combativité, avec une atmosphère de gaieté aux teintes sombres qui prévaut.  

B)      Béla Bartók (1881-1945)  
String Quartet #2 in A Minor, Opus 17, Sz. 67   
Quatuor à Cordes en la mineur no 2 Opus 17, Sz. 67

(1917)
The piece’s dark foreboding melody conjured up images of one lost in a deep dense forest, alone except for an ominous and malevolent presence; as if in a scene of a supernatural horror movie.

 
La mélodie sombre et sinistre de ce pièce évoque des images d'un perdu dans une forêt dense profonde, seule à l'exception d'une présence menaçante et malveillante ; comme si dans une scène d'un film d'horreur surnaturelle.
 
*Intermission / Entracte*   

C)      Ludwig van Beethoven (1770-1827)   
String Quartet #8 in E Minor, Opus 59 #2 "Razumovsky" 
Quatuor à Cordes en mi mineur no 2 Opus 59 «Razumovsky » 
(1806)
This piece, as one of the three string quartets commissioned by Russian Ambassador in Vienna, Prince Razumovsky, incorporates many Russian themes. Beethoven wanted to please his patron. A beautiful piece; I got the sense that lively conversations were taking place during a glittering ball held at the palatial Russian embassy in Vienna (one was held there on New Year’s Eve 1814).

 Cette pièce, comme l'un des trois quatuors à cordes commandées par l'Ambassadeur de Russie à Vienne, le Prince Razumovsky, intègre de nombreux thèmes Russes. Beethoven voulait faire plaisir à son mécène. Une belle pièce ; j'ai eu le sentiment que des conversations animées se déroulaient durant une balle scintillante qui s'est tenue à l'ambassade palatial de Russie à Vienne (un a eu lieux la le soir du réveillon du nouvelle an 1814.)  


Friday, May 31st, 8 p.m. / Vendredi 31 Mai 20h  
Assad Brothers and Paquito D’Rivera  
 Les Frères Assad et Paquito D’Rivera 
 
Sergio and Odair Assad, guitars / guitares 
Paquito D'Rivera, clarinet / clarinette  

Brazilian-born guitar duo, the Assad Brothers have become the most important guitar duo since their professional debut in 1979. Paquito D’Rivera in his long and illustrious career has become one of the most important clarinetists. Last night’s engaging concert brought these three versatile and multifaceted musicians (all have recorded and played with a multitude of world-renowned   crossover artists in a wide-variety of styles and settings) together. The concert featured mainly Latin compositions but also offered up some tasty samplings from other sources as well.  The “trio” played with extreme virtuosity as if their instrument was an extension of themselves. Their connectivity with the audience was solid, adhering to the definition of “chamber music” as being an intimate evening of playing music amongst a small group of friends. Among the most notable highlights was their interpretation of Aaron Copeland’s Hoedown, Paquito’s improvisations on melodies by Dizzy Gillespie and a selection of pieces (played by the trio) by Astor Piazzolla.
 
Duo de guitare d'origine Brésilienne, les frères Assad sont devenus le duo de guitare le plus important depuis leur début professionnel   en 1979. Paquito de D'Rivera dans sa carrière longue et illustre est devenu un des clarinettistes le plus importants. Ce concert engageant d’hier soir a réuni ces trois musiciens polyvalents et à multiples facettes (tous ont enregistré et joué avec une multitude d'artistes de crossover de renommée internationale   dans une grande variété de styles et de cadres). Le concert présentait principalement des compositions Latines mais aussi offert quelques dégustations savoureuses auprès d'autres sources.  Le « trio » a joué avec une virtuosité extrême comme si leur instrument est une extension d'eux-mêmes. Leur connectivité avec le public a été solide, adhérant à la définition que la « musique de chambre » est une soirée intime jouant de la musique parmi un petit groupe d'amis. Parmi les moments le plus notables a été leur interprétation de Hoedown de Aaron Copeland, des  improvisations de Paquito sur des mélodies de Dizzy Gillespie et une sélection de pièces (joué par le trio) de Astor Piazzolla