Friday, 5 February 2016

La 34e Rendez-vous du Cinéma Québécois





Rapprochez-vous de votre cinéma

 The 34th Rendez-vous du Cinéma Québécois
           
 

 














Get closer to your cinema

Préliminaire / Preliminary

Pendant 10 jours, débutent avec Boris sans Béatrice de Denis Côté comme film d'ouverture le 18 Février (au Cinéma Impérial) jusqu'au 27 Février 2016, 330 films (125 parmi eux sont des premières), représentant de la crème de la crème pour le cinéma au Québec pour l'année précédente seront projetés. Les lieux de projections et d’événements seront à la Cinémathèque Québécoise, au Pavillon Judith-Jasmin Annexe,  à la Grande Bibliothèque,  au Cineplex Odéon Quartier Latin. Les séries présentées seront Les Soirées Bell Tapis Bleu, le Rendez-vous avec les Jutra, les Grandes Primeurs Documentaires et 30 programmes de courts-métrages de tous les genres.  Parmi les projections spéciales il aura une projection-spectacle extérieure à la Place des Festivals le 27 à 20h, une projection-concert au Théâtre Outremont le 24, cinq films présenter a TIFF et trois films de genre ‘sanglante’ (27 a 23h). En plus, 30 événements gratuits, le Rendez-vous Pro  du 24 au 26 Février pour les professionnelles d’industrie et enfin, quatre œuvres interactives sera présentées.   



For 10 days, starting with Denis Côté’s Boris without Béatrice as the opening film February 18 (at the Imperial Cinema) until February 27, 2016, 330 films (125 of them are premieres), representing the cream of the crop of Quebec cinema for the previous year will be screened. Screenings and events will be at the following venues: the Cinémathèque Québécoise, the Judith-Jasmin Pavilion Annex, at the Grande Bibliothèque, at the Cineplex Odeon Quartier Latin. The sections presented are Les Soirées Bell Tapis Bleu, le Rendez-vous avec les Jutra, les Grandes Primeurs Documentaires, and 30 programs of short films of all genres. Among the special screenings, will be an outdoor concert-projection at Place des Festivals on the 27th at 8pm, a concert-projection at The OutremontTheatre on the 24, five films that were presented a TIFF and three 'bloody' genre films (27 to 23h). In addition, 30 free events, the Rendez-vous Pro from February 24th till 26th for industry professionals and finally, four interactive works will be presented.


Pour plus d'informations, SVP  visitez :  
For more information please consult program or visit:

(Dernière mis-a-jour: 11 Aout 2016  / Last updated : August 11 2016)

Chronique de Films vus / Chronicle of Films seen:

Un aperçu de tous les films vus au festival de cette année. Si le temps le permet une critique plus élabore (long-métrages seulement) apparaîtra sous l’étiquette «Film Box-office.» Ils seront identifiés avec le logo du RVCQ 2016. Les mises à jour apparaîtra fréquent (j’espère une fois par jour), donc veuillez visiter fréquemment.
Below find a run-down of all the films seen at this year’s festival. As time permits a more elaborate critique (features only) will appear under the label “Film Box-Office.” They will be identified with the RVCQ 2016 logo. Updates will appear on a frequent basis (hopefully once a day) so please visit frequently.



 (Films sont énumérés par ordre – le plus récemment vu sur le haut de la page
Films are listed in ascending order – the most recently seen on the top)

Parmi les films au programme pour cette édition et vu pendant 2014/15, les suivantes sont à ne pas manquer : 
Among the films in the program for this Edition and seen during 2014/15, the following are not to be missed:
1.       Turbo Kid, Roadkill Superstar (RKSS)
2.       Le Nez, Kim Nguyen
3.       Chorus, François Delisle
4.       Autrui, Micheline Lanctôt
5.       The Forbidden Room, Guy Madden / Evan Johnson
6.       Deprogrammed, Mia Donovan
7.       Ville-Marie, Guy Édoin
8.       Retours aux Sources / The Roots Remain, Jean-Sébastien Francoeur / Andrew Marchand-Boddy
9.       P.S. Jerusalem, Danae Elon
10.   Je Suis à Toi / All Yours, David Lambert
Pour des critiques de ce qui précède et d’autres films Québécois, utilisez la boîte de recherche située dans le coin supérieur gauche de mon blog.
For reviews of the above and other Quebec films use the search box located on the top left-hand corner of my blog.

Sauf avis contraire, tous les films sont de Québec, Canada (+ égale coproduction).  
Unless noted, all films are from Québec, Canada (+ equals co-production).

Âpres / After:

Never Tear us Apart, 2015, 6m, Sid Zanforlin
Deux amis découvrent que leur rendez-vous dans un région forestière inexploitée est avec un couple cannibale. Leurs espoirs de survie sont minces.
Two friends discover that their rendezvous is with a couple of backwoods cannibals. Their hopes for survival are slim.


Un Arbre dans la Ville, 2015, 5m, Guy St-Pierre
L'ode de Guy St-Pierre (compositeur / cinéaste) pour les arbres urbains est d’une beauté atmosphérique.
Composer / filmmaker Guy St-Pierre’s ode to urban trees is beautifully atmospheric.

Au cours du / During: 


Bienvenue à F.L. / Welcome to F.L., 2015, 75m, Geneviève Dulude-Décelles

F.L. est l'abréviation de Fernand-Lefebvre, une école secondaire de taille moyenne à Sorel-Tracy, une ville du sud-ouest du Québec (environ une heure à l'est de Montréal). Pour son premier long métrage, le cinéaste retourne à l'école secondaire où elle a gradué il y a plus d'une décennie. Elle documente un groupe un groupe d'étudiants qui sont sur le point d'obtenir leur diplôme. Les étudiants discutent de leur passage imminent de l'adolescence à l'âge adulte, la façon dont ils traitent avec les énormes changements, ainsi que leurs nouvelles responsabilités qui transportent avec eux des défis insurmontables, et leurs espoirs et leurs aspirations pour l'avenir. Sincère et rafraîchissant, ce film donne un peu d'espoir pour les générations futures.
F.L. is short for Fernand-Lefebvre, a mid-sized High School in Sorel-Tracy, a city in Southwestern Quebec (about an hour east of Montreal). For her first feature-length, the filmmaker returns to the high school where she graduated over a decade ago. She documents a group of students who are about to graduate. The students discuss their impending transition from adolescence to adulthood, how they deal with the tremendous changes, along with their new responsibilities that carry with them overwhelming challenges, and their hopes and aspirations for the future. Heartfelt and refreshing, this film gives some hope for future generations.

À la Plage, 2014, 8m, Jeremy Peter Allen
Le cinéaste film un groupe d'hommes et de femmes qui passent une journée à la plage. Ce fut un événement de «réinsertion à la société» organisée par F.L.A.M. (L'Association des Grands Brûlés). Ceci a eu lieu en Juillet 2014. Ce fut la première fois qu'ils avaient été en public depuis qu’ils ont été marqués par des brûlures graves.
The filmmaker films a group of men and women spending a day at the beach. This was a ‘reinsertion to society’ event organized by F.L.A.M. (L’Association des Grands Brûlés). It took place in July 2014. It was the first time they had been out in public since being scarred from serious burns.

Le Dep, 2015, 77m, Sonia Bonspille Boileau
Lydia is a young Innu woman who routinely works in her father’s convenience store.  On the final night of a winter’s month, her father tells her that her shift replacement is not coming in. He puts the Social assistance money in the safe; instructs her on distribution; leaves her the key and access code. Just as she about to close the store, a masked drug-addled man enters demanding the money from the safe. She recognizes him … an intense evening of nail-biting suspense and dark secrets revealed. This is a deft exploration of the socio-economic issues plaguing aboriginal communities.

Lydia est une jeune femme Innue qui travaille régulièrement dans le dépanneur de son père. Dans une nuit finale d’un mois d'hiver, son père lui dit que son remplacement de shift ne vient rentra pas. Il met l'argent de l'aide sociale dans le coffre-fort ; il l’instruit sur sa distribution; il laisse la clé et le code d'accès. Alors qu’elle sur le point de fermer le magasin, un homme masqué, pourri par la drogue, rentre en exigeant l'argent du coffre-fort. Elle le reconnaît ... une soirée intense de suspense a se ronger les ongles et des sombres secrets révélés. Ceci est une exploration adroit des questions socio-économiques qui affligent les communautés Autochtones.

Ce qui ne Faut pas Dire, 2015, 86m, Marquise Lepage
Annick, une jeune réalisatrice dans la trentaine, est sur en chemin vers la première de son dernier film. Son petit ami actuel, Christian la conduisait. Il lui dit qu'il l'aime. Elle panique ... Annick a gardé un secret que même ses amis les plus proches ont aucune connaissance. Alors, quand Christian, qui semblait d’être parfait dans tous les sens, dit ce «phrase fatidique », ceci la jeta dans un état de déséquilibre psychologique. Le récit se déroule en utilisant de nombreux éléments du documentaire de profilage – des entrevues avec des amis/connaissances ainsi que des «images d'archives» (en réalité ils étaient des «flashbacks » comme ceci est de la fiction).
Annick, a young director in her thirties, is on her way to the premiere of her latest film. Her current boyfriend, Christian is driving her. He tells her that he loves her. She panics … Annick has kept a secret that not even her closest friends have any knowledge of. So when Christian, who seemed to be perfect in every way, said ‘that fateful phrase’, it threw her into a state of psychological disequilibrium. The narrative unfolds using many elements of documentary profiling – interviews with friends/acquaintances plus ‘archival footage’ (in actuality they were ‘flashbacks as this is fiction).

Derome ou les Turbulences Musicales, 2015, 62m, Richard Jutras
Ce film est un hommage et portrait bien mérité de Jean Derome un artiste de musique contemporaine qui, avec ses collaborateurs, a exploré sans cesse le monde de son croissant depuis 1970. Son style d'écriture et de composition unique l'a établi comme l'un des plus excellents et novateurs de la plupart des musiciens Montréalais de sa génération et lui a valu une reconnaissance mondiale. (Il a célébré son 60e anniversaire en Juin 2015). La plupart de ce film a été tourné en 2000. Une exploration passionnante d'un artiste passionné au cœur de la turbulence musicale.
This film is a well-deserved tribute and portrait of contemporary music artist Jean Derome who, along with his collaborators, has explored the ever-expanding world of sound since 1970. His unique writing style and composition has established him as one of Montreal’s finest and most innovative musicians of his generation and has earned him worldwide recognition. (He is celebrated his 60th anniversary in June of 2015). Most of this film was shot circa 2000. A thrilling exploration of a passionate artist at the heart of musical turbulence.
 
Un Homme et son Violon,  2015, 9m, Guy St-Pierre
Mark Landry est un itinérant qui joue du violon dans le métro. Le cinéaste a filmé Landry comme il improvise sur son violon, améliorant ensuite le résultat de ses propres compositions.
Mark Landry is an itinerant who plays the violin in the metro. The filmmaker filmed Landry as he improvised on his violin, subsequently enhancing the result with his own compositions.

Montréal New Wave, 2016, 92m, Érik W
Ce dernier documentaire d'Érik Cimon met en lumière un petit chapitre inconnu mais essentiel dans la scène musicale de Montréal. Cimon chronique les artistes clés de la scène Montréalais, entre la fin des années 70 et le milieu des années 80 et même en ajoutant certains des artistes de renommée mondiale tels que Talking Heads et B-52s. Érik Cimon utilise des images d'archives rares et commentaires de quelques-uns des artistes clés de la scène  pour faire de ce film un document historique important et révélateur.
Érik Cimon’s latest documentary brings to light a little known but essential chapter in Montreal’s music scene. Cimon chronicles the key figures in Montreal’s scene between the late-70s and mid-80s and even adding in some of the world-renowned figures such as Talking Heads and B-52s. Érik Cimon uses rare archival footage and commentary by some of the scene’s key figures to make this film an important and revelatory historical document.

The India Space Opera, 2015, 79m, Korbett Matthews
840 million of India’s 1.21 billion citizens must live on less than a dollar per day. Despite this, India spends 1.2 billion dollars (U.S.) per year on its space program. Filmmaker crisscrosses the country to speak to these citizens to find out what India’s space program means to them. He talks to shepherds, farmers, fishermen, pilgrims, widows who are old and penniless, children who are forced to work and foregoing an education, and finally, young women whose faces have been burned and have been cast aside. This film poignantly exposes the gaping socioeconomic divide and deep contradictions of India.



840 millions des 1,21 milliard citoyens de l'Inde doivent vivre avec moins d'un dollar par jour. Malgré cela, l'Inde dépense 1,2 milliards de dollars (US) par an sur son programme spatial. Le cinéaste a entrecroisé le pays pour parler à ces citoyens pour savoir ce que signifie le programme spatial de l'Inde pour eux. Il parle aux bergers, les agriculteurs, les pêcheurs, les pèlerins, les veuves qui sont vieux et sans le sou, les enfants qui sont forcés de travailler et de renoncer une éducation, et enfin, les jeunes femmes dont leurs visages ont été brûlés et ont été mis de côté. Ce film expose de façon poignante la fracture socio-économique béante et les contradictions profondes de l'Inde.

Boris sans Béatrice / Boris without Béatrice, 2015, 90m, Denis Côté
Boris a tout ce qu'un homme pouvait espérer la richesse, le pouvoir, le statut social sauf pour une chose. Son épouse Béatrice, un ministre du cabinet fédéral, est clouée au lit victime d’une maladie psychologique mystérieuse. Boris prend un congé pour «prendre soin de BéatriceEn réalité, Boris traite de sa «douleur» en ayant des aventures avec Helga, un collègue et Klara, une aide Russe embauché pour prendre soin de Béatrice. Un équilibre délicat est établi. Toutefois, il sera bientôt jeté détraqué un étranger bizarre entre dans l'image et dit a Boris qu'il doit faire des changements majeurs dans sa vie avant Béatrice récupère.
Boris has everything a man could hope for – wealth, power, social status – except for one thing. His wife Béatrice, a federal cabinet minister, is bedridden with a mysterious psychological ailment. Boris takes a leave of absence to ‘take care of Béatrice.’ In reality, Boris deals with his ‘grief’ by having affairs with Helga, a co-worker and Klara, a Russian aide hired to care for Béatrice. A delicate balance is established. However it will soon be thrown off kilter – a bizarre stranger enters the picture and tells Boris that he must make major changes in his life before Béatrice recovers.

Le Chant des Étoiles, 2015, 76m, Nadine Beaudet
L’astrophysicien Gilles Beaudet a été l'un des premiers opérateurs du télescope de l'Observatoire du Mont-Mégantic, qui a été inauguré en 1978. Bernard Malenfant est l'opérateur actuel. Margo, l’épouse de Gilles,  dirige un chœur d'enfants. Cependant, elle crée des exercices afin que son mari maintienne en vie les souvenirs et sa passion pour les étoiles et le ciel. Sa mémoire à court terme est en échec. La science et de la musique sont réunies avec affection et de joie.
Astrophysicist Gilles Beaudet was one of the early operators of the telescope of the Mont-Mégantic Observatory, which was inaugurated in 1978. Bernard Malenfant is the current operator. Gilles wife Margo conducts a children’s choir. At the same time, she creates exercises in order that her husband   keeps alive the memories and his passion for the stars and sky. His short-term memory is failing. Science and music are brought together with affection and joy.


Cris sur le Bayou, 2015, 70m, Danic Champoux
Les Cajuns sont les descendants des exilés Acadiens qui ont été expulsés des Maritimes au cours de la guerre de sept ans (1756-1763). Dans la première partie du 20e siècle, des diverses tentatives faites par la législature de la Louisiane ont été faits pour réprimer leur culture. Pourtant, comme le cinéaste a rapidement découvert, il est encore très vivant et dynamique. Avec Troy Landry, Barry Ancelet et Zachary Richard qui ont tous travaillé sans relâche pour préserver et archiver la culture Cajun Champoux nous conduit profondément dans le cœur du Bayou afin de découvrir une vie, une culture riche et dynamique forçant l'abandon des stéréotypes communément admises.
The Cajuns are the descendents of the Acadian exiles who were expulsed from the Maritimes during the seven-years-war (1756-1763). In the early part of the 20th century, various attempts by Louisiana’s legislature were made to suppress their culture. Yet as the filmmaker quickly discovered, it is still very much living and vibrant. Along with Troy Landry, Barry Ancelet and Zachary Richard – all of whom have worked tirelessly to preserve and archive the Cajun culture – Champoux leads us deep into the heart of the Bayou to discover a living, rich and vibrant culture forcing the abandonment of commonly held stereotypes.