Monday, 17 June 2019

The 18th New York Asian Film Festival



Presented by / Présenter par:






Presented by / Présenter par:
Film Society of Lincoln Center and the / et le New York Asian Film Foundation
From June 28 to July 14 / Du 28 Juin au 14 Juillet 2019
New York Asian Film Festival 2019 Teaser trailer / Bande announce 2019

Screenings will be held June 28 to July 11 at the Film Society of Lincoln Center's Walter Reade Theater (165 West 65th Street, between Amsterdam and Broadway), and from July 13 to 15 at the SVA Theatre (333 West 23rd Street, between 8th and 9th Avenues). 53 feature-length films showcasing the best of Asian cinema will be screened.

Les projections auront lieu le 28 Juin au 11 Juillet à la Film Society du Lincoln Centre Walter
Reade Theater (165 rue 65 Ouest, entre Amsterdam et Broadway), et du 11 au 14 Juillet au
Théâtre SVA (333 rue 23e Ouest, entre avenues 8 et 9). 53 longs métrages mettant en valeur le meilleur du cinéma Asiatique seront projetés.

For more info go to / Pour plus d'info, allez a:

Chronicle of Films seen / Chronique de Films vus:

Below find a run-down of all the films seen at this year’s festival. If time permits, a more elaborate critique (features only) will appear under the label “Film Box-Office.” They will be identified with the NYAFF 2018 logo. Updates will appear on a frequent basis (hopefully once a day) so please visit frequently.
Un aperçu de tous les films vus au festival de cette année. Si le temps le permet, une critique plus élabore (long-métrages seulement) apparaîtra sous l’étiquette «Film Box-office.» Ils seront identifiés avec le logo du NYAFF 2019. Les mises à jour apparaîtra fréquent (j’espère une fois
par jour), donc veuillez visiter fréquemment.

FSA: Link to 23rd Fantasia article / Lien pour 23e Fantasia

(Last update / Dernière mis-a-jour: June 20 Juin, 2019)

Films are listed in ascending order – the most recently seen on the top
Films sont énumérés par ordre croissant – le plus récemment vu sur le haut de la page)

After / Âpres:

During / Au cours du:

Before / Avant:

Monday, 10 June 2019

Monthly Film Chronicle – May 2019


Chronique  Mensuelles de Film – Mai 2019
A monthly chronicle of films (features, medium or shorts) seen throughout the current month from any source. Commentaries will be limited to 99 words or less. Film festivals will be hyperlinked. If time permits certain films will be elaborated on and be posted under the label “Film Box Office” (100-399 words) or “Film Review” (400 or more) (number of words based on English only). 
Une chronique mensuelle de films (long-, moyen- ou court-métrages) vu tout au long du mois en cours de n'importe quelle source. Les commentaires sera limitée à 99 mots ou moins. Les festivals du film seront notés avec un lien hypertexte. Si le temps le permet certains films seront élaborer  et afficher sous l'étiquette « Film Box Office » (100-399 mots) ou « Film Review » (400 ou plus) (le nombre de mots est basé sur l’Anglais seulement).

(Last update  / Dernière mis-a-jour:  June 30 Juin, 2019
Films are listed the order seen scrolling down.   Films seront énumérés en ordre vue défilant vers le bas.)
******************************************************************************

The King, Germany / Allemagne / United States/ États-Unis 2017, Eugene Jarecki

This powerful and well researched documentary gives us an incisive and pertinent analogy between the rise and fall and post-mortem mythic status of the King of Rock‘n’Roll – Elvis Presley – and that of the American Empire. The central prop is Elvis’ 1963 Rolls Royce. It follows the King’s journey from Memphis to New York, Las Vegas and beyond. The film includes commentaries from a diverse cast of Americans (both famous and non-famous, many of whom rode in the Rolls Royce. Among the famous were Alec Baldwin, Rosanne Cash, Emmylou Harris, Ethan Hawke, Mike Myers, and Dan Rather, and many others.
Ce documentaire puissant et bien documenté nous offre une analogie convaincante et pertinente entre l’ascension et la chute et l’état post mortem du statut mythique du Roi du Rock’Roll Elvis Presley de l’Empire américain. L’élément central est la 1963 Rolls Royce d’Elvis. Il suit le voyage du Roi à partir de Memphis pour New York, Las Vegas et au-delà. Le film comprend des commentaires d'un groupe varié d'Américains (célèbres et non célèbres, dont beaucoup ont monté dans la Rolls Royce. Parmi les plus célèbres se trouvaient Alec Baldwin, Rosanne Cash, Emmylou Harris, Ethan Hawke, Mike Myers et Dan Rather et plein d'autres.
******************************************************************************

SXSW 2019
Dates: Mar 8, 2019 – Mar 17, 2019
Dates: 8 Mars 2019 - 17 Mars 2019
Location: Austin Convention Center, Austin, Texas, United States
Lieu: Austin Convention Center, Austin, Texas, États-Unis
******************************************************************************

Fan film production showcases seen
All are from the United States, unless noted otherwise
All are available on YouTube or Vimeo
Vitrines de films production de fans vus
Tous sont des États-Unis, sauf indication contraire
Tous sont disponibles sur YouTube
ou Vimeo
All ongoing projects / Tout sont des projets en cours
Star Trek, Star Wars and/et Miscellaneous/Divers

*****************************************************************************

May 10 Mai @ La Lumiere Collective
KLEX in Montreal / KLEX à Montréal
KLEX (Kuala Lumpur Experimental Film, Video and Music Festival) will be celebrating ten years in November 2019. Curated by the festival’s co-founder and director Siew-Wei Kok, six films screened at previous editions, were presented. The films presented are all premiers (North America, Canada or Montreal).
Le KLEX (Festival du Film, Vidéo et Musique Expérimentaux de Kuala Lumpur) fêtera ses 10 ans en Novembre 2019. Sous les auspices du cofondateur et directeur du festival, Siew-Wei Kok, six films présentés lors des éditions précédentes, ont été présentés. Les films présentés sont tous des premières (Amérique du Nord, Canada ou Montréal).
Keroncong Kuala Lumpur II, Malasia / Malaysie 2017, 3m19s, Low Pey Sien
In 1968, P. Ramlee composed a song with the same title as this film. It expresses hope and aspirations for Kuala Lumpur. The film reinterprets the city’s rhythms using the recorded sound of a typewriter and an image montage of the Razak Mansions flats being demolished for redevelopment.
En 1968, P. Ramlee composa une chanson du même titre que ce film. Il exprime l'espoir et les aspirations pour Kuala Lumpur. Le film réinterprète les rythmes de la ville en utilisant le son enregistré d’une machine à écrire et un montage d’image des appartements du Razak Mansions en cours de démolition en vue de leur réaménagement.
Night without Light, Malasia / Malaysie 2015, 4m22s, Safwan Salleh
Working during the graveyard shift allows one to escape from the harsh realities of life.
 Travailler pendant le poste de nuit permet d’échapper aux dures réalités de la vie.
Dance of a Humble Atheist, Singapore / Singapour 2019, 18m, Toh Hun Ping
Semi-abstract imagery, created from digital scans of ceramic reliefs, is used to represent the filmmaker’s existential journey as he ruminates on death, spiritual faith, nature and the cosmos. What does one experience after the funeral?
Des images semi-abstraites, créées à partir de scannages numériques de reliefs en céramique, représentent le parcours existentiel du cinéaste qui rumine sur la mort, la foi spirituelle, la nature et le cosmos. Que vit-on après les funérailles?
16 X 9 Capsule, Thailand / Thaïlande 2014, 6m30s, Wuttin Chamsataboot
Using his camera, filmmaker captures trivial moments in an ordinary day during a critical moment in Thailand’s political history. The film is an expression of the Buddhist concept that everything raises, stands and ceases.
À l'aide de son appareil photo, le cinéaste saisit des moments insignifiants d'une journée ordinaire au cours d'une moment critique de l'histoire politique de la Thaïlande. Le film est une expression du concept Bouddhiste selon lequel tout se lève, se tient et cesse.
(?)’s Gaze, Malasia / Malaysie 2016, 4m48s, Chloe Yap Mun-Ee
An examination of the implications of gender roles and identity in a relationship.
Un examen des implications des rôles de genre et de l'identité dans une relation.
Babel, Philippines 2011, 3m50s, Pauline Despi
Filmmaker recreates the Tower of Babel using writhing human bodies and manipulating them with cinematic techniques, animation and choreography. An excellent synthesis that mimics the cycle of building, destruction and rebuilding.
Le cinéaste recrée la tour de Babel en utilisant des corps humains qui se tordent et en les manipulant à l'aide de techniques cinématiques, d'animation et de chorégraphie. Une excellente synthèse qui imite le cycle de la construction, de la destruction et de la reconstruction.
******************************************************************************


M, France 2018, 106m, Yolande Zauberman

Cantor Menahem Lang was a child prodigy in his home town of Bneï Brak. His golden voice brought delight to the Hasidic community as he sung liturgical songs every Sabbath as a child. But he had to live with a painful secret that no one wanted to hear. He was abused by members of the community, who ‘loved to hear him sing.’ At 20-years-old, he leaves not only his community of birth, but his Hasidic garments and curlpaper. With the help of Amos Gitai, he becomes an actor, based in Tel Aviv. 15-years-later, he returns to confront his abusers…

Cantor Menahem Lang était un enfant prodige dans sa ville natale de Bneï Brak. Sa voix dorée a ravi la communauté Hassidique alors qu'il chantait des chansons liturgiques chaque Sabbat pendent son enfance. Mais il devait vivre avec un secret douloureux que personne ne voulait entendre. Il a été abusé par des membres de la communauté, qui «aimaient l’entendre chanter». À 20 ans, il quitte non seulement sa communauté de naissance, mais ses vêtements Hasidiques et son papier de javel. Avec l'aide d'Amos Gitai, il devient acteur, basé à Tel Aviv. 15 ans plus tard, il retourne pour faire face à ses agresseurs...


Those Who Come Will Hear / Ceux qui Viendront l'Entendront, Canada 2018, 77m, Simon Plouffe

This film explores various ways that Indigenous peoples are attempting to preserve their traditional languages. All of these indigenous languages are threatened with extinction. Original languages spoken in this rich, diverse and important film: Abenaki, Atikamekw, Innu, Mohawk, Naskapi, Inuktitut, French, English.
Ce film explore diverses manières par lesquelles les peuples autochtones tentent de préserver leurs langues traditionnelles. Toutes ces langues indigènes sont menacées d'extinction.Langues originaux parlé dans ce film riche, diversifié et important: Abenaki, Atikamekw, Innu, Mohawk, Naskapi, Inuktitut, Français, Anglais.





The Other Rio / L'Autre Rio, Canada 2017, 88m, Émilie B. Guérette

In 2016, Rio de Janeiro hosted the Olympic Games. All eyes are watching the opening ceremonies held at the Maracanō Stadium. This included the residents of a nearby ruined federal building that is now controlled by drug lords. Many are watching from the building’s rooftop. While most of the world focused on the spectacular and the opulence of the games, the filmmaker points hers on the other side – nearby ruined federal building, which, though it is only a few blocks away from the stadium, it seemed to be on another world. This film clearly shows the unfairness of humanity.

En 2016, Rio de Janeiro a accueilli les Jeux Olympiques. Tous les yeux regardent les cérémonies d'ouverture qui se déroulent au stade Maracanō. Cela comprenait les habitants d'un immeuble fédéral en ruine situé à proximité et qui est maintenant contrôlé par des barons de la drogue. Beaucoup regardent sur le toit du bâtiment. Alors que la majeure partie du monde se concentrait sur le spectaculaire et l’opulence des jeux, la cinéaste pointe le sien de l’autre côté le bâtiment fédéral en ruine situé à proximité, qui, bien qu’il ne se trouve qu’à quelques pâtés du stade, semblait être sur un autre monde. Ce film montre clairement l'injustice de l'humanité.

But One Bird Sang Not / Mais Un Oiseau ne Chantait Pas, Canada 2018, 6m, Pierre Hébert
This film is a visual interpretation of a Malcolm Goldstein piece for solo violin based on a popular song from Bosnia-Herzegovina. Filmmaker scratches directly onto 35mm film stock and completes it on HD digital video. A gesture of hope for peace in lands ravaged by war and for those who suffer its consequences
Ce film est une interprétation visuelle d'une pièce pour violon solo de Malcolm Goldstein basée sur une chanson populaire de Bosnie-Herzégovine. Le cinéaste raye directement sur stock de film 35mm et le complète en vidéo numérique HD. Un geste d'espoir pour la paix sur des terres ravagées par la guerre et pour ceux qui en subissent les conséquences.

Innu Nikamu: Resist and Sing / Innu Nikamu : Chanter la Résistance, Canada 2017, 92m, Kevin Bacon Hervieux

The music and arts festival Innu Nikamu (first week in August in the First Nations community of Mani-Utenam) , now in its 35th year) gives indigenous artists the opportunity to express their culture to a receptive audience.

Up to the 1970s, in an attempt to assimilate them into Canadian culture, a government imposed residential school program left an indelible scar on First Nations communities. Mani-Utenam was not spared.the school was demolished on 1970. The rubble wasn’t removed, but buried on the same land. The festival is held on the very same land – a sort of poetic justice, n’est-ce-pas?
Le festival de musique et d'arts Innu Nikamu (première semaine d'Août dans la communauté Premières Bations de Mani-Utenam), qui fête son 35e anniversaire), offre aux artistes Autochtones la possibilité d'exprimer leur culture devant un public réceptif.
Jusque dans les années 1970, dans le but de les assimiler à la culture Canadienne, un programme de pensionnats Indiens imposé par le gouvernement laissait une cicatrice indélébile aux communautés des Premières Nations. Mani-Utenam n'a pas été épargnée. L’école résidentielle a été démolie en 1970. Les gravats n’ont pas été enlevés, mais enterrés sur le même terrain. Le festival a lieu sur le même terrain
une sorte de justice poétique, n’est-ce-pas?