Tuesday, 14 November 2017

Monthly Film Chronicle – September – October 2017





Chronique  Mensuelles de Film – Septembre – Octobre 2017

A monthly chronicle of films (features, medium or shorts) seen throughout the current month from any source. Commentaries will be limited to 99 words or less. Film festivals will be hyperlinked. If time permits certain films will be elaborated on and be posted under the label “Film Box Office” (100-399 words) or “Film Review” (400 or more) (number of words based on English only). 
Une chronique mensuelle de films (long-, moyen- ou court-métrages) vu tout au long du mois en cours de n'importe quelle source. Les commentaires sera limitée à 99 mots ou moins. Les festivals du film seront notés avec un lien hypertexte. Si le temps le permet certains films seront élaborer  et afficher sous l'étiquette « Film Box Office » (100-399 mots) ou « Film Review » (400 ou plus) (le nombre de mots est basé sur l’Anglais seulement).

(Last update  / Dernière mis-a-jour: December 14 Décembre 2017
Films are listed the order seen scrolling down.   Films seront énumérés en ordre vue défilant vers le bas.)
******************************************************************************

46e Festival du Nouveau Cinéma de Montréal



Innovative and Generous / Innovant et Généreux
From October 04th to 15th / du 04 au 15 Octobre, 2017
For more information consult program or visit:
Pour plus d'informations, consulter le programme ou visitez:
******************************************************************************

Suburbicon / Bienvenue à Suburbicon, United States / États-Unis 2017, 105m, George Clooney



Suburbicon was originally written by the Coen Brothers in 1986. Many of their trademark characteristics are still apparent. It consists of two distinct narratives – both intended to ‘peel the paint’ off the wall in order to reveal the ‘true’ nature of the American Dream. This resulted in a finished product that was entertaining but uneven. Kasra Farahani’s Tilt (seen earlier this year) was much more effective.

Suburbicon is a quiet and safe community in the Midwest – an ideal self-contained neighbourhood to raise a family. This is until a black family moves in and a fatal home invasion takes place.
Suburbicon a originalement été écrit par les frères Coen en 1986. Beaucoup de leurs caractéristiques de marque sont encore apparentes. Il se compose de deux récits distincts tous deux destinés à «décoller la peinture» du mur afin de révéler la «vraie» nature du rêve Américain. Cela s'est traduit par un produit fini divertissant mais inégal. Tilt de Kasra Farahani (vue plus tôt cette année) était beaucoup plus efficace.
Suburbicon est une communauté tranquille et secure dans le Midwest
un quartier autonome idéal pour élever une famille. C'est jusqu'à ce qu'une famille noire emménage et qu'une invasion de domicile mortelle ait lieu.



 *******************************************************************************




Caniba, France 2017, 95m, Lucien Castaing-Taylor / Véréna Paravel

This fresco-like documentary is a very disturbing portraiture of the reality of cannibalism among humans.
In 1981, Issei Sagawa killed and ate 25-year-old Dutch classmate Renée Hartevelt, a fellow classmate while studying literature in France. The judge rules insanity. Sagawa is deported back to Japan. The Japanese authorities declare him sane but are unable to prosecute him. Thus he profits from his crime while his victim’s family must live with their loss – an infuriating and disgusting case of injustice.
Not for the weak-hearted or overly-sensitive and bound to be controversial. The filmmakers interview him along with his brother Jun.

Ce documentaire à la fresque est un portrait très troublant de la réalité du cannibalisme chez les humains.
En 1981, Issei Sagawa a tué et mangé une camarade de classe Néerlandaise, âgée de 25 ans, Renée Hartevelt, une camarade de classe tout en étudiant la littérature en France. Le juge décide la folie. Sagawa est expulsé au Japon. Les autorités Japonais le déclarent sain d'esprit mais ne sont pas en mesure de le poursuivre. Ainsi, il profite de son crime tandis que la famille de sa victime doit vivre avec leur perte
un cas d'injustice exaspérant et dégoûtant.
Pas pour les faibles d'esprit ou les trop sensibles et surement d'être controversés. Les cinéastes l'interviewent avec son frère Jun.
**************************************************************************

Zaatari Djinn, Netherlands / Pays-Bas 2016, 90m, Catherine Van Campen
80% of the Syrian refugees in Zaatari camp, located in the heart of Jordan, are children. Children are exceptionally better adept at coping with harsh situations than adults. Because time is essentially on their side, they can adapt the elements around them into makeshift toys, games, shelters, etcetera. This allows them to enjoy their lives despite the hardships they endure. The filmmaker follows four of these children. 10-year-old Ferras works hard and is troubled by her father’s remarriage. Fatma loves makeup and roosters. Miriam wants to be an actress despite her father’s objections. Hammoudi highly treasures his soon-to-be-born brother.

80% des réfugiés Syriens du camp de Zaatari, situés au cœur de la Jordanie, sont des enfants. Les enfants sont exceptionnellement mieux équipés pour faire face à des situations difficiles que les adultes. Parce que le temps est essentiellement de leur côté, ils peuvent adapter les éléments autour d'eux dans des jouets de fortune, des jeux, des abris, etc. Cela leur permet de profiter de leur vie malgré les difficultés qu'ils endurent. Le cinéaste suit quatre de ces enfants. Ferras, 10 ans, travaille dur et est troublée par le remariage de son père. Fatma aime le maquillage et les coqs. Miriam veut être une actrice malgré les objections de son père. Hammoudi chérit fortement son frère qui allait bientôt être né.
******************************************************************************