Monday, 14 November 2011

Poetry / Le Poème by / de Lee Chang-Dong

Han Miija (Jeong-hie Yun) is an elegant 66-year-old woman who lives in the South Korean province of Gyonggi in a small suburban city along the Han River, with her college level grandson. He is aloof and rejects her attention. He bosses her around. Her sole source of income is a small government welfare cheque that is augmented by taking care of an elderly man who had suffered a stroke.
The film opens with a group of young children playing near the river bank. They notice a body floating in the river. It is later identified as that of a young college girl who had jumped off the bridge. Han is in the doctor’s office, complaining of numbness in her arms and mentions that she often forgets names. The doctor says he is not concerned about the numbness but that he wants to look into her forgetfulness.
When she leaves the hospital, she notices the paramedics bringing the young girl in. Just as she nears her house, she spots an ad posting for classes in how to write poetry. Though the registration for the class is closed, she is able to persuade the instructor to let her into the class.
Meanwhile her doctor tells her that she has Alzheimer’s and she is advised that her grandson (along with five other boys) is involved in the gang rape of the young college girl who has been identified as Agnes. Her mother has not yet filed charges against the boys and the fathers of the other five want Han to join them in preventing this from happening.  The fathers want to keep their boys’ futures intact.
In comparison to Bong Joon-Ho's “Mother “, this is a quiet lyrical drama about an aging woman trying to retain her inquisitive youthful spirit in the face of the harsh realities of life.

Han Miija (Jeong-hie Yun) est une femme élégante de 66 ans qui vit dans la province de Gyonggi  en Corée du Sud dans une petite ville le long du fleuve Han, avec son petit-fils de niveau collégial. Il garde sa distance et rejette son attention. Il est autoritaire envers d’elle. Sa seule source de revenu est un petit cheque d’aide social du  gouvernement qui est augmenté en prenant soin d'un vieillard qui avait subi un accident vasculaire cérébral.
Le film s'ouvre avec un groupe de jeunes enfants qui joue  près de la berge de la rivière. Ils remarquent un corps flottant dans la rivière. Il est plus tard identifié comme étant celui d'une jeune fille collégial qui avait sauté le pont. Han est dans le bureau du médecin  se plaignant d'engourdissement dans ses bras et elle mentionne qu'elle oublie souvent les noms. Le médecin lui dit qu'il n'a pas de souci pour ses  l'engourdissement, mais qu'il veut l’examiner pour son oubli. Lorsqu'elle quitte l'hôpital, elle remarque les ambulanciers paramédicaux apportant la jeune fille. Au moment qu’elle s’approche de sa maison, elle aperçoit une publicité d'affichage pour les classes pour apprendre comment écrire de la poésie. Bien que l'inscription pour la classe soit fermée, elle est capable de convaincre l'instructeur de la laisser dans la classe. 
Pendant ce temps, son médecin lui dit qu'elle atteindre l'Alzheimer et elle est informée que son petit-fils (avec cinq autres garçons) est impliqué dans le viol de la fille collégial, qui a été identifié comme Agnès. La mère d’Agnès n'a pas encore déposé des accusations contre les garçons et les pères des cinq autres veulent que Han se joindre à les rejoindre pour prévenir que ceci se produise.  Les pères veulent garder l’avenir de leurs garçons intact.
En comparaison avec  «Mère»  de Bong Joon-Ho, c'est un drame lyrique tranquille sur une femme vieillissante essayant de conserver son esprit de jeunesse curieux face à la dure réalité de la vie.